Infos

/ Célestin de Jong de retour à Saint-Hubert

Célestin de Jong de retour à Saint-Hubert


18 mars 2021
General
Benoît Strepenne

Saint-Hubert d’Ardenne a finalisé hier mercredi 17 mars 2021 l’achat d’un portrait de Dom Célestin de Jong, abbé de Saint-Hubert de 1728 à 1760. Célestin de Jong, l’un des trois abbés du XVIIIe siècle, successeur de Clément Lefèbvre et prédécesseur de Nicolas Spirlet, a laissé à Saint-Hubert une empreinte forte et durable.

Il a mené un important chantier qui, aujourd’hui encore, marque le point focal de l’espace public borquin : c’est sous sa prélature que fut construit le quartier abbatial (1729), patrimoine majeur de Wallonie, dont l’avenir incertain inquiète. Ses armes figurent au fronton de l’aile centrale et, au fronton de chacune des ailes latérales, des inscriptions nous rappellent le nom du maître d’oeuvre: « CaeLestInVs De Jong, praesVL hVbertensIs Me ereXIt » à l’est, et « Hospicium deo vovit Caelestinus praesul » à l’ouest.

Il fut également le commanditaire d’éléments essentiels de la décoration intérieure de l’abbatiale. Citons les stalles de Pierre Martiny et Jean-François Louis, les évangélistes de Guillaume Evrard, son saint Sébastien, actuellement à Awenne, les autels du Rosaire et de sainte Agathe situés de part et d’autre de l’entrée du chœur.

Enfin, c’est l’abbé De Jong qui fit venir à Saint-Hubert le peintre Charles-Joseph Redouté. Arrivé dans la localité en 1743, ce dernier y rencontra Marguerite Chalon. Le couple eut six enfants, dont le mondialement célèbre Pierre-Joseph Redouté.

Amusant caprice de l'histoire : c'est au Musée Redouté que sera exposé ce portrait de l’abbé de Jong portant les insignes de grand aumônier de l’Ordre de Saint-Hubert, dignité qui lui fut concédée en 1737 par Charles Philippe, électeur palatin du Rhin.

Célestin de Jong